Aquitaine Bio-Technique - Traitement des eaux résiduaires Recherches et Innovations
References d'équipements
Nos Applications
Nos Equipements
ABT en bref
Actualités Contact ABT
19 septembre 2014

 NOTA : Pour des raisons informatiques, le texte en ligne a été simplifié.

Le texte original est disponible par le téléchargement.

 

SOCIETE DES EAUX DE MARSEILLE 

 

COMMUNE DE ROUSSET

 

 

CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

 

 

-oOo-

 

  

BILAN DE POLLUTION SUR LES REJETS EAUX USEES

 

 

 

 

 

Juin 2002


 

1          OBJECTIFS

 

Dans le cadre d’une étude visant à déterminer la qualité de traitement de la récente station d’épuration du Centre de Primatologie du CNRS sur la Commune de Rousset, un bilan de pollution 24 heures entrée/sortie à été réalisé entre le 11 et 12 mars 2002 par la Société des Eaux de Marseille sur les effluents issus des enclos.

 

Les conclusions de ce bilan faisaient ressortir que l’effluent brut était très concentré mais que le traitement mis en place permettait de satisfaire aux exigences réglementaires.

 

Dans ce cadre pour diminuer la concentration de l’effluent brut, un faible débit d’eau claire est mélangé aux eaux brutes en entrée de traitement. Le nouveau bilan détaillé ci après caractérise l’influence de cette dilution.

 

 

2          CONTEXTE GENERAL

 

 

Les eaux usées domestiques du centre se rejettent en deux points distincts :

 

        Les effluents issus des différents bâtiments, (administratifs, logements, ateliers...), aboutissent dans des fosses individuelles puis sont épandus dans le sol naturel par des drains. Ces systèmes d'épuration ne posent aucun problème.

 

      Les effluents issus des volières et des abris pour les singes sont collectés gravitairement dans une fosse de relevage, laquelle est suivie, en fin de relevage, d’un tamis compacteur, d’une fosse toutes eaux et d’un filtre à sable vertical drainé. Le rejet se fait dans le vallat longeant l’Arc.

 

 


3          BILAN DE POLLUTION

 

 

Date

Le bilan moyen entrée/sortie 24 heures a été réalisé par temps sec du 28 au 29 mai 2002.

 

 

Mesure de débit

Les débits ont été mesurés au moyen d’un seuil triangulaire et d’un débitmètre bulle à bulle ISCO auto-alimenté installé à l’extrémité du collecteur de rejet DN 160 mm PVC à l’intérieur du regard avant rejet dans le vallat

 

Le débitmètre bulle à bulle placé sur le rejet à permis de relever, pour cette période, un débit cumulé égal à 25 m3.

 

 

Prélèvements

Les prélèvements d’échantillons ont été réalisés à l’aide de deux échantillonneurs automatiques séquentiels, l’un placé au niveau de la fosse de relevage des eaux brutes et l’autre, piloté par le débitmètre, placé au niveau du regard en sortie d’épandage vers le vallat.

 

Les échantillons moyens 24 heures ont été reconstitués proportionnellement aux débits relevés.

 

 

Analyses

L’ensemble des analyses a été confié au Laboratoire de la Société des Eaux de Marseille (laboratoire accrédité COFRAC). Les résultats d’analyses sont joints en annexe.

 

Les paramètres physico-chimiques analysés après prélèvements ont été les suivants :

§         DCO nd                               Norme NF T 90-101

§         DBO5 nd                             Norme NF T 90-103-1

§         MEST                                  Norme NF T 90-105-1

§         PH à 20°C                            Norme NF T 90-008

§         Phosphore total                            Flux continu

§         Azote Kjeldhal                    Norme NFT 90-110

 

 

4          RESULTATS

 

 

Les concentrations et charges de pollution mesurées sont récapitulées dans le tableau ci-après :

 

Bilan entrée/sortie

 

 

Eau brute

Eau épurée

Rendement

 

moyen 24 h

 

moyen 24 h

 

%

Volume moyen  m3

25

25

 -

DCO nd  mg/l

415

90

78 %

DCO nd  kg

10,4

2,3

DBO5 nd  mg/l

150

14

91 %

DBO5 nd  kg

3,75

0,4

PH à 20°C

7,7

7,2

 -

MES  mg/l

120

46

62 %

MES  kg

3

1,2

P total  mg/l

11

22

<0

P total kg

0,3

0,6

Azote Kjeldhal  mg/l

45

22

52 %

Azote Kjeldhal  kg

1,1

0 ,6

 

 

 

5          CONCLUSIONS

 

L’installation d’épuration du CNRS a une capacité d’épuration comprise entre 12 et 120 kg de DBO5/jour. Dans ce cadre c’est l’arrêté du 21 juin 1996 qui fixe les « Prescriptions techniques minimales relatives aux ouvrages de collecte de traitement des eaux usées, dispensés d’autorisation ».

 

Les obligations de résultats sont les suivantes :

 

Soit un rendement minimal de 60 % sur la DBO5 ou la

DCO

Soit une concentration maximale de l’effluent traité de 

35 mg/l de DBO5.

 

Les mesures faites du 28 au 29 mai 2002 sur les rejets de la station de primatologie du CNRS montrent que l’installation respecte les 2 conditions et donc satisfait à ses obligations.

 

La dilution des eaux brutes a donc permis d’améliorer la qualité du traitement.

 

  

ANNEXES

 

 

     Annexe 1 : Courbe des débits mesurés

 

    Annexe 2 : Analyses du Laboratoire



Station de Rousset Bilan 24 h